Chargement Évènements

Adiouma Diabate et Yiriba

Musique métissée fusion/mandingue

🇧🇫 🇫🇷 BURKINA FASO – FRANCE

Cuisine africaine et Buvette sur place

Originaire du Burkina Faso, Adiouma est né au sein d’une famille de griots et a commencé sa formation très jeune auprès de son père. Percussionniste polyvalent, il maîtrise les mélodies au balafon autant que les rythmes du djembé.
Au cours de sa carrière il a notamment collaboré avec Irène Tassembedo, danseuse et chorégraphe burkinabé, Jean-philippe Rykiel pianiste et compositeur mais aussi Dobet Gnahoré ou encore Fatoumata Diawara.
Imprégné par la musique traditionnelle mandingue, ses influences musicales sont variées, du rock au jazz en passant par le blues et le reggae. Auteur, compositeur et interprète, il a créé le groupe Yiriba en 2019.

« Le djembé est un instrument puissant pour l’expression émotionnelle. J’essaye de transmettre des émotions telles que la joie, la tristesse, l’excitation ou la méditation à travers ma musique.  La transmission des compétences musicales ne se limite pas à l’aspect technique de la musique, mais englobe également la compréhension de la signification culturelle et historique des rythmes et des compositions. Cela aide à garantir que la musique traditionnelle burkinabè continue de prospérer et de se transmettre de génération en génération. » Adiouma Diabate

Yiriba est né de la rencontre entre le percussionniste Adiouma Diabate et les jumeaux Evan et Lukas Doucet, guitariste et bassiste de formation.

Venus prendre des cours avec Adiouma, les jeunes musiciens découvrent la musique traditionnelle du Burkina Faso ; celle-ci vient enrichir leurs affinités rock/pop à l’œuvre dans leur groupe « Wild Wankers ».

Adiouma fait ensuite appel à Kady Coulibaly, chanteuse issue d’une famille de griots, initiée dès sa plus tendre enfance aux différents chants de son pays natal. En 2019 elle chante devant le président du Burkina Faso et se voit vivement félicitée par ses pères.

Ahmad Compaoré est enfin le dernier membre à rejoindre le groupe en tant que batteur.

Teriba

Groove moderne et contemporain aux rythmes traditionnels massé et tchink

🇧🇯 BÉNIN

Cuisine africaine et Buvette sur place

Label : Contact Europe et Reste du Monde
2ème place au Prix découvertes RFI 

TERIBA,  humilité en langue Yoruba, est le premier groupe féminin de musique du Bénin.

Sur scène ce trio d’amazones partage avec le public une émotion puissante. Le corps et l’esprit sont sollicités dans une transe intense. Chant, percussions, danse, incantation Yoruba. À s’y méprendre on croirait entendre les masques sacrés Egun (Revenants). Tout est savamment dosé.

Elles se prénomment Tatiana, Carine et Zekiath. Deux d’entre elles sont sœurs, nées à Cotonou, ancienne capitale du Bénin. Avec la troisième, une copine, gabonaise de parents béninois, elles se déclarent sœurs de cœur et forment le trio Teriba. Danseuses, percussionnistes, chanteuses, le trio offre un spectacle à part entière sur scène !

De son premier album GAN NA HO (le moment viendra) en 2006, à l’album AKPÉ (merci) en 2012 et Ateleni en 2020 le groupe vocal féminin se classe dans le registre musical de la word music avec un ensemble composé de voix typiques, de percussions de la musique traditionnelle béninoise (dont le tambour bemdré) mais aussi parfois d’instruments de la musique occidentale.

Seules au chant et à la percussion dans le style a capella ou accompagnées par une guitare acoustique et une basse, elles chantent leurs réalités sociales dans des rythmes traditionnels béninois (tels que le massègohoun, le tchinkoumé, le agbadja etc.) avec des couleurs afrobeat, hight-life, jazz, soul et R&B.

C’est la fusion des genres (word fusion) qui donne son identité à ce groupe et lui permet d’être présent sur de grandes scènes africaines et européennes.

« Elles chantent comme elles rient, solaires, légères, pétillantes de vie » Le Monde